Du problème de la rédaction web SEO – le maccarthysme de retour

Aujourd’hui nous allons parler du métier de rédacteur web, print et des dérives de ce métier, parce que j’en ai gros. Eh oui, pour une fois sur mon site on va parler SEO, marketing et boulot. Brace yourselves, on est partis !

Seo et content marketing

Je travaille dans la rédaction Web et print depuis maintenant plus de cinq ans, je suis passée par tous les postes : rédacteur print en freelance pour un magazine France presse, rédactrice Web et print pour un journal local, rédactrice web, stratégiste contenu, consultante SEO et plein d’autre jobs à nom à rallonge dont la moitié des mots sont en anglais.

Alors oui, je sais ce que c’est la rédaction web (à croire que je suis en train d’en faire LOL). Mon propos dans cet article sera donc personnel (en même temps c’est exprimé dans « MON’ mais bon, que voulez vous ma petite dame maintenant il faut tout expliciter 20 fois de peur que se cache une once d’ambiguïté dans ses mots).

Rédacteur Web, un VRAI métier.

Je traîne souvent sur des forums d’entraide pour les jeunes rédacteurs ou les personnes se regroupent pour se donner des conseils. Je n’en recherche que très rarement car les précisions que je cherche sont souvent données confidentiellement dans une rédaction où une régie, gardées jalousement et qu’on ne les trouve pas, de fait dans les forums. Je suis également très à l’écoute des nouvelles « mouvances » de ce milieu.

Le SEO (Search Engine Optimisation où l’art d’être bien référencé sur Google) laisse doucement sa place au SXO (Pareil mais qui prend en compte l’expérience utilisateur), les algorithmes de Google changent chaque jour et il faut également prendre en compte les annonces payantes, rajoutant un peu de challenge à tout ça.

Bref, je suis une passionnée, je fais ça sur mon temps libre et bien souvent, je mange et bois SEO (ce qui est plutôt pratique pour économiser sur les pates de chômeur me direz vous).

Et v’la-t’y pas que je tombe de plus en plus sur des messages tels que « J’ai commencé la rédaction il y a un mois et j’aimerais me lancer à mon compte » ou « Je complète mon revenu grâce à la rédaction et je veux en faire mon métier ».

Stop.

Ne le faites pas.

Vous n’êtes pas armés, la rédaction Web est un milieu de chiens, dur, injuste et mal payé si un jour on arrive à arnaquer un petit billet de cinq balles à un commanditaire. C’est un métier où il y aura toujours quelqu’un de plus expérimenté que vous pour proposer de faire votre travail pour moins cher ou même gratuitement.

La plupart des sites, des régies, utilisent le bénévolat de personnes trop fières de participer à l’avènement d’une plateforme pour oser demander un pécule. Et même s’ils ne sont pas expérimentés, c’est pas grave c’est gratos. Les Français n’aiment pas payer alors un site ne va pas acheter ce qu’il ne peut pas vendre.

Don’t blame the player, blame the game

Ce serait alors facile de se rendre sur un site comme 5euros.com ou d’autre de petites annonces du micro travail digital et d’insulter tout le monde, de hurler « Vous nous volez not’ travail ! » mais ce serait oublier qu’eux aussi sont des victimes.

Seo et content marketing

D’après vous, c’est plaisant de passer 20 heures sur un audit SEO et d’être payé 10 balles ? D’écrire un article de 500 mots, de l’intégrer, de faire la recherche de mot clé, en un mot, se prostituer pour 5 balles ? Non.

Personne ne devient riche sur ce site, aucun prestataire ne profite. Ce sont les commanditaires qui abusent d’une solution peu chère pour écrire leurs fiches produits. Plutôt que d’embaucher un rédacteur multi-lingue, capable, connaissant parfaitement les spécificités SEO du secteur choisi et ce dans plusieurs langues, ils préfèrent payer 5 euros pour chaque fiche réalisée.

Ah c’est sûr que 5 euros pour créer une fiche en français qui permettra de vendre 20 barbecues à 500 euros par mois aux Français, c’est plutôt rentable. Surtout que du coup, la qualité on s’en fout un peu pour ce prix-là.

Et le voilà le problème, c’est que ça donne des idées à tout un chacun.

seo et content marketing

Le manque de qualité des rédacteurs SEO

Parce que c’est quand même bien gentil de brosser tous ces pauvres rédacteurs dans le sens du poil mais il ne faut pas oublier qu’ils contribuent eux aussi au problème.

Je vais vous copier un message que j’avais trouvé sur un forum, je n’y ai apporté aucune modification mais je l’anonymise si vous n’y voyez pas d’inconvénient.

« Jeanne-Thérèse a écrit :

Bonjour les rédacteurs ! Je viens de me lancer dans cette grande aventure qu’est la rédaction web ! Je suis auteure et j’ai écrit plusieurs livres, j’aime écrire et j’aimerais en faire mon métier, des suggestions ? »

Chère Jeanne-Thérèse, tu est en train de dire à des maçons « Salut les copinous ! alors j’adore faire des maquettes en pvc et je me lance dans votre merveilleux monde, alors, on commence par où ? »

Le SEO (où SXO si vous voulez paraître à la page) est une discipline compliquée, exigeante et pas glamour du tout. Elle ne consiste pas à aller sur Ubersuggest ou GA pour tirer quelques mots clé. Un bon rédacteur ou même head of SEO (en français ça fait moins marketing, cherchez pas), c’est celui qui croise les données, qui passe 2 heures à se faire un beau fichier excel plein de données.

Le volume de recherche, bien sûr, le CPC (Coût par clic) aussi, c’est cool. Mais ensuite ? et que fait-on de la concurrence ? Comment aller chercher ces mots clé ? Comment les valoriser, comment donner à son contenu une qualité autrement plus souhaitable que celle normalement trouvée sur internet ? Comment se démarquer ? Parce qu’on vante souvent le SEO, mais cette horreur c’est du SEO.

Problème SEO

problème SEO

Sur cette dernière capture les mots clé sont présents, mais disposés en vrac, n’apportant rien et souillant l’utilisation par le quidam qui veut juste savoir comment réparer son putain de Sanibroyeur (j’en ai fait l’expérience, c’pour ça que j’en parle)

Ca c’est du SEO de sagouin comme dirait la chef de campagne média de Macron.

La solution ? Payante.

Je vais passer pour une personne borderline à accuser tour à tour une partie des rédacteurs amateurs et les régies pub et contenu, mais en fait, c’est nous que j’accuse. Nous qui sommes habitués au gratuit à l’information à accès immédiat et autant que j’aime l’internet pour tout ce qu’il m’apporte, je le hais d’avoir bradé le savoir et la culture.

Je le hais de favoriser un article Buzzfeed dont le titre sera « APL : vers une baisse des allocations ? » plutôt que de proposer directement une analyse formelle et fondamentale de la réforme. Les journalistes sont en confrontation quotidienne avec les rédacteurs web et il n’y a aucun camp qui ne porte pas les stigmates de ce manque d’envie de payer.

Depuis peu, je me suis abonnée à des sites payants, je finance sur Tipee des chaines Youtube que je trouve de qualité et qui militent pour le payant comme Un Drop dans la mare qui s’attaque plutôt au milieu du jeu-vidéo mais dont les conclusions sont terriblement universelles. Il faut payer, pour que les journaux puissent payer leurs employés et avoir un contenu de qualité.

SEO problème

Mon discours est forcément partial, je travaille dans le Marketing, je suis une vendue, bien sûr, mais contrairement à ce que le Maccarthysme a tenté de prouver, il n’y a pas un camp du bien et un camp du mal. J’aime le marketing pour les techniques innovantes qu’il utilise, comme cette campagne pour le jeu Shadow of the Colossus, sorti il y a quelques années et pour lequel les marketeur derrière la boite de prod ont décidé de s’amuser avec les futurs clients en créant de toute pièce le blog d’un scientifique spécialisé dans l’étude des géants et ayant retrouvé des artefacts de ces civilisations perdues. Presque tous les jours durant un mois, il alimentait son site de photos troublantes, de colosses des mers, d’interview sur une plage où avait été retrouvé la carcasse d’une bête immense. A la fin du mois, la supercherie éclata en même temps que l’annonce du jeu. Les photos étaient truquées, les interviews fausses, le spécialiste factice. Tout le monde a adoré ce retournement de situation qui distillait depuis un mois des informations sur le jeu, il serait question de combattre des colosses dont on avait déjà un aperçu, avec qui on avait rêvé un mois durant.

Ca, pour moi, c’est le marketing que je veux défendre. Or vous le comprenez, cette campagne a été possible grâce aux fonds initialement prévus pour promouvoir la sortie du jeu, pas de surprise donc d’y trouver une si forte qualité, mais finalement, sans moyen, elle n’aurait pas été possible. Tout a un coût dans la vie et je pense qu’il serait temps de s’en rendre compte, chacun.


 

Si tu ne me déteste pas encore, tu peux me suivre sur les réseaux socials de l’amour. Je publie souvent des blagues pas drôles garanties sans SEO.

Facebook
Twitter

Publicités

3 réflexions sur “Du problème de la rédaction web SEO – le maccarthysme de retour

  1. Je me faisais une réflexion similaire, car la rédaction web n’est pas le seul domaine où les gens pensent que sous prétexte que les gens ont des métiers « passions » ce n’est pas du vrai travail. Car, comme chacun sait, la passion ça se mange et ça paie un loyer. D’ailleurs j’ai vu une réflexion très similaire sur un post de community manager qui se plaignait des nouveaux arrivants qui bradaient leurs compétences de CM. J’essaie du coup de donner à des tippeee ou à participer à des crowdfunding de projets que j’apprécie dans la mesure de mes moyens. Je me pose régulièrement la question : est-ce que j’accepterais de travailler pour rien ? Non, alors pourquoi je demanderais aux gens la même chose.

    Par exemple, je montrais à une amie une vidéo de youtubeuse spécialisée dans la lecture qui, à un moment, nous montre un livre qu’elle a reçu en service presse. Elle me dit à ce moment : « ouais, mais elle a reçu le livre gratuitement », comme si ça invalidait sa parole. Du coup j’ai essayé d’expliquer que c’était aussi du travail : lire le livre, écrire un avis, tourner une vidéo, faire du montage etc et que ramené au taux horaire elle devrait gagner plus que le prix du livre. Qu’en plus, ce n’est pas gratuit car la maison d’édition fait cela dans l’optique d’avoir la visibilité pour un livre. C’est donnant/donnant.

    La problématique, c’est qu’internet nous a habitué à la gratuité et que beaucoup ont perdu conscience, comme tu le conclus, du coût, au niveau du temps autant que de l’argent, du contenu mis à disposition.

    J'aime

    1. Merci de ton commentaire ! Il est exactement ce pourquoi j’écris des articles, pour voir le vécu d’autre personnes avec des cas similaires donc c’est cool, j’ai réussi, je peux aller me rendormir.
      Plus sérieusement, je pense que tu as raison, l’internet nous a habitué à la gratuité. Comme si le fait de payer un accès à internet était un « pass liberté » de parc d’attraction. On paie une fois et on consomme ce qu’on veut dans la mesure qu’on veut. Après j’avoue avoir encore un peu d’espoir quand je vois la réussite de Netflix, Spotify et autre sites payants qui ont la cote. Peut-être que le streaming est une des nouvelles pistes payantes à explorer ! D’ailleurs, pour cette histoire de livres reçus, j’ai aussi vécu le « Oh eh oh, quand même, on vous a envoyé un livre, ça vaut bien un article de 1200 mots, avec backlinks, dithyrambique et élogieux hein ? ». C’est vrai que notre honneur est mis à prix environ à 10 balles haha !

      J'aime

Donnez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s