This is the Police – Jazz, clope et mafia. [critique]

Si tu as toujours rêvé de mêler ta passion pour la police américaine et la corruption, ton amour du Jazz et du fric, bienvenue dans This is the Police !

Police

This is the Police est un jeu indé (oui, encore un, chacun ses passions) disponible sur Steam depuis aout 2016 au prix de 15 euros. Mais avant de savoir s’il les vaut ces 15 bucks, attardons nous sur l’histoire.

This is… POLIIIICE

Dans ce jeu vous incarnez Jack Boyd, inspecteur proche de la retraite dont le nom n’est pas le seul cliché de policier qu’il se traîne. Accablé par la vie, cherchant désespérément le retour de sa femme au foyer, il sera rapidement rattrapé par ses obligations de flics de la ville de FreeBurg. En effet son plus vieux collaborateur vient de tomber pour corruption et les révélations sur ses liens avec la mafia s’étendent sur tous les journaux de la ville. Avant de partir, il proposera à Jack de « reprendre le flambeau » de la manigance pour le protéger. Il n’appartiendra qu’à vous d’accepter ou de refuser de traiter avec Mr. Sand, parrain de Freeburg. Mais Jack est trop vieux pour ces conneries, son but, c’est d’atteindre la retraite avec un demi-million dans les poches. Alors pour ça, sera-t-il prêt à traiter avec la mafia ? C’est toi qui choisis !

Pointe et clique

Le système de jeu est très simple et découpé en journées. Jack a 180 jours pour s’en mettre plein les fouilles alors son quotidien est très codifié. Le matin il prend son café en lisant les gros titres de la presse (Phase pendant laquelle tu pourras en apprendre plus sur les retentissements de tes actes de la veille), ensuite, il choisit une chanson à se passer en boucle toute la journée (tu auras le choix entre plusieurs types de musique et pourras même compléter ta collection en pré-commandant des vinyles), clef dans le contact et c’est parti pour le travail. Tout les matins donc, tu devras passer tes troupes en revue avant de les envoyer sur le terrain et de rentrer dans le cœur du jeu : la simulation de comico.

20160723164908_1

Sur la carte interactive, tu devras envoyer tes troupes aux quatre coins de la ville. Les missions sont de différent type.

  • Les classiques : Tu dois envoyer un certain nombre de policiers sur le lieu d’un délit en cours ou passé en évaluant la dangerosité de la situation.
  • Les « commandes » : Des « amis » de Jack te demandent de leur envoyer un ou plusieurs policiers pour les aider dans leur tâche (Videur de boite de nuit, combattant de catch…)
  • Les enquêtes : Ici, ce ne sont plus les policiers qui sont concernés, mais les enquêteurs. Il te faudra mettre sur pied des équipes qui s’occuperont de recueillir les dires des témoins et les faits. Plus il y a d’enquêteurs sur une affaire, plus ce sera simple et rapide de la clore. Après leur enquête, ils te fourniront une série de « cadres » à replacer dans la chronologie des faits pour clore l’enquête.
  • Les demandes plus ou moins honnêtes : Si tu as accepté d’aider la mafia, l’amical Sand n’aura aucun scrupule à te demander de ne pas intervenir sur tel ou tel appel d’urgence. À toi de faire ton choix.

Police

La grande difficulté du jeu reste celle d’évaluer la dangerosité d’un appel pour y envoyer le minimum de policier et en garder sous le coude, on sait jamais ce qui peut se passer à l’autre bout de la ville. Car l’aspect gestion se retrouve aussi dans le calcul des trajets de tes unités. Le temps qu’elles se rendent sur les lieux du crime et reviennent au comico, tu ne pourras pas les solliciter pour une nouvelle affaire. Autre paramètre à gérer : garder de bons rapports avec le chef de la police, rester assez clean pour ne pas se faire remarquer, mais ne pas décevoir le chef local de la mafia.

Interface

Deux temps deux ambiances

Je ne vais pas te laisser de suspens plus longtemps. J’adore ce jeu, l’ambiance qui s’en dégage est assez incroyable pour un « petit jeu indé ». Les séquences de gameplay sont entrecoupées par de véritables BD interactives qui te plongent dans l’univers des films noirs qui sentent bon la clope froide et le whisky. La musique est jazzy, entraînante. Les différentes séquences peuvent paraître anecdotiques comme celle de choisir son vinyle. Mais il n’en est rien, ces phases participent à l’immersion dans l’univers du jeu. Un univers qui m’a séduite et ne mérite pas son 4/20 sur JeuxVidéo.com. Sérieusement les gars. Sérieux ?

Regarde un trailer du jeu !

Tu me découvre à peine ?
Suivez moi sur :
Facebook
Twitter

Sources images :

Playstation.com
Gamespot

 

Publicités

Donnez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s