L’E en 3 articles #2

Reprenons nos pérégrinations vidéo-ludiques avec le retour ds jeux que j’attends le plus depuis l’E3 !

YlKY8nc

Dead Rising est une licence forte, je me souviens, – à la belle époque des magazines papiers – avoir vu des préviews sur le premier opus, des images incroyables avec un nombre de zombies à l’écran juste incroyable à cette époque et qui laissait entrevoir pour les consoles nouvelles générations des possibilités monumentales. Je bavais, clairement. Dead Rising 2 avait été une seconde révélation et le troisième opus, jeu de lancement de la next-gen m’avait, avouons le, déçue comme beaucoup de fans de la licence. Il n’en restait pas moins un jeu agréable, surtout en coop -en ligne uniquement- et surtout assez beau. Ce n’était plus vraiment une surprise et merci aux fuites de l’E3, Dead Rising 4 allait être présenté sur le salon.

Les premières images sont fidèles à l’univers de la série et ô joie, nous incarnerons à nouveau Franck West – et non Nick ramolos, l’homme au charisme inférieur à celui d’une théière – qui, seize ans après les événements de Willamette, retourne sur les lieux du crime, pour assister à une nouvelle invasion. La licence semble vouloir renouer avec la portée humoristique de ses premiers jeux, notre Franck préféré se présente comme un fan de réseaux sociaux, une rigolade qui cache une critique sociétale acerbe et bon dieu, c’est ce qu’on aime. La coop sera à nouveau au rendez-vous, encore une fois, en ligne et permettra aux joueurs de s’affronter ou de s’entraider au milieu de zombies assoiffés d’une célébrité éphémère. Alors, croyez moi, je prépare déjà ma pose pour la photo !
Niveau d’attente ? Un beau 7/10 !

dead-rising-4-new-details-e3-2016.jpg.optimal
Dead Rising 4, simulateur de célébrité.

On reste dans les jeux d’horreur qui font un virage à quatre-vingt dix degrés à la suite de leur précédent opus avec Resident Evil 7, une tuerie massive annoncée à l’E3 comme le messie décevant d’une communauté acerbe. Rien que ça.

Resident Evil 7 Biohazard a laissé tout le monde à la fois inquiet de la direction que prenait la licence et intrigué, espérant enfin que le géant se réveille. Alors après une bande annonce énigmatique et qui laisse la place à toutes les interprétations possibles, que sera vraiment ce non-reboot de la série ? La direction artistique a été confiée à Kôchi Nakanishi, qui s’occupe déjà de la sous-licence révélation, un mode de jeu beaucoup plus fidèle aux premiers opus qui s’axe plus sur le genre survival horror que les TPS nerveux que sont le 5 et le 6. Une annonce qui ravira les fans du premier jeu, qui reste comme une référence dans le domaine, car Capcom annonce qu’il sera la plus forte inspiration de ce nouvel opus.

resident-evil-7-57601e9b2bda0
Mon appart.

Pas de visages connus pour nous sécuriser non plus, on entre réellement dans une nouvelle dimension avec une toute nouvelle ribambelle de personnages qui seront malgré tout rattaché au monde d’Umbrella, tout ça tout ça.
Malheureusement, comme il fallait bien contre balancer toutes ces bonnes nouvelles et étancher un peu notre salive coulant déjà sur le plancher, le jeu se focalisera sur la VR, avec une vue subjective et une portabilité annoncée. Même si le jeu serait en développement depuis 2014, Capcom annonce qu’ils n’avaient pas pensé à la réalité virtuelle avant que la technologie ne les rattrape et ne s’impose comme un des nouveaux piliers du monde vidéo ludique. Si on me demande mon avis, je trouve ça dommage que les développeurs se concentre plus sur le média que sur la forme définitive du jeu et, à mon avis toujours, la réalité virtuelle n’est pas prête à être pleinement exploitée. Rappelez vous la Wiimote, obligée au bout de deux ans de se munir d’une extension juste pour être plus précise et du coup plus fonctionnelle. Cependant, la bande annonce du jeu me donne tellement envie qu’aveuglément et comme une fan inconditionnelle de la série, je serai dans les starting blocks pour la sortie du jeu. Le jeu se verra doté d’une sortie sur toutes les consoles next-gen et la démo est d’ores et déjà accessible !
Mon niveau de hype ? Un p*tain de 8/10 !

resi-7-demo-1465886028108mp400055314still005-1465952278001_large
Belle preview de Silen… de Resident Evil 7

 

Finissons sur une note de joie, de joie universelle et gentiment imposée par un gentil gouvernement ! Compulsion Games nous présente We Happy few, un FPS action aventure rappelant légèrement, légèrement hein, un Bioshock des familles.

maxresdefault
Happiness in the fifties

Déjà disponible en early access pour les personnes ayant supporté le Kickstater lancé par les devs, le jeu se présente comme une critique de la société, tout ça tout ça. Oui, une corde sur laquelle ont déjà tiré tout les bioshock. On se retrouve dans un monde contrôlé par une puissance supérieure qui impose le bonheur à tous ses citoyens. Pour se faire ? Rien de tel qu’une petite drogue, le « Joy », injecté de temps en temps, quand l’humeur se fait plus nuancée. L’univers, le pitch, l’histoire, le monde se présente bien, mais c’est bien là un des seuls points avancés. Le Gameplay de 15 min offert révèle plus de vide que de plein. On ne sait pas grand chose de notre future expérience de jeu, des protagonistes etc. Un jeu qui pour l’instant paraît vide et révèle le manque de développement actuel. Autre point négatif, les graphismes qui font plus penser à ceux des jeux sortis sur XBOX360 comme Dishonored.  Bien sûr, ce sont des problèmes qui se règlent au fur et à mesure de l’avancement sur le projet alors concentrons nous sur ces quelques images et sur cette idée d’un monde souriant à l’outrance. Vous l’aurez comprit, je l’attends plus pour l’histoire, le background, que pour le gameplay, mais on peut être surprit ! Mon niveau d’attente ? Un bon 6/10 !

We-Happy-Few-PAX-Hands-On-Roundup
Le jeu où le sourire devient négatif

A bientôt dans un prochain article sur la suite de mes attentes. ~

Suivez moi sur :
Facebook
Twitter

Publicités

2 réflexions sur “L’E en 3 articles #2

  1. J’ai été bien emballée par le peu que j’ai vu de « Happy Few », personnellement. Ca m’a l’air creepy à souhait et y’a un côté Tim Burtonien dans les graphismes, les couleurs et les sourires hypocrites des personnages qui me réjouit beaucoup 🙂 Tout ceci mêlé à une petite ambiance british, j’avoue que je suis curieuse de l’essayer !

    J'aime

    1. Oui ! J’ai juste un peu peur que ça dérive à la Dishonnored que j’ai pas trop apprécié par son ambiance légèrement « Trop » steampunk avec par exemple l’outsider qui pour moi reflétait surtout le mec qui écrivait des slams sur du métal dans mon bahut. Mais j’adore cette idée de sourire forcés et presque dégoulinants de malsainitude !

      Aimé par 1 personne

Donnez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s