Profession chômeuse

Et voilà, je suis officiellement sans emploi, je ne toucherais pas le chômage, bien sûr j’ai juste fait un service civique, merci l’état hein ! giphy.gif

Me revoilà au beau royaume du chomedu, découvrez à droite la paperasse et à gauche le désintérêt total du personnel pour votre dossier. Quoi ? Il manque mon RIB ? Mais vous n’allez pas me verser d’argent non ? Ah mais il le faut quand même ? Ah, bon…

Je déteste ne pas bosser, je déteste quitter un travail et je déteste passer mes journées à ne rien faire. J’avais un job de rêve dans lequel je m’épanouissais à fond, oui, mais ça c’était avant. J’ai quand même des pistes, ne soyons pas alarmistes. Avec à peu près une trentaine de CV, aucune réponse, j’ai sans doute de bonnes chances de retrouver un travail me dit-on partout. Oui mais non. Le monde  du travail est une jungle. Un étudiant sortant d’une école de commerce où il aura passé ses années à boire son poids en bière sera privilégié à moi, qui n’ai pas de diplôme mais une envie féroce de travailler, de foncer dans le tas, qui ai fait du bénévolat, qui a mené à bien ma barque avec Kisskissbankbank et qui a publié dans pas mal de journaux. Bienvenue au royaume du n’importe quoi.

Plus sérieusement et moins ironiquement, Anne, ma maîtresse de stage m’a proposé de bosser encore six mois pour elle, pour boucler son webdoc sur les femmes en milieu rural. J’étais enchantée, mais les quelques 3 semaines de procédures pendant lesquelles je ne pourrai pas travailler me mettent en boule. Ça devrait me laisser un peu de temps pour travailler mon projet hein ? Travailler seule me déprime, mais je ne dois pas laisser tomber, ce n’est pas un relâchement, c’est juste un passage à vide au cours duquel je me demande quand j’aurais un travail stable, dans lequel je pourrai installer des compétences, m’habituer à mes collègues sans avoir à les quitter dans deux mois et qui me plaise ? C’est peut-être trop en demander !

Je suis impatiente de me mettre à travailler sur le webdoc sur les femmes en milieu rural, j’ai adoré le regarder et le petit salon que nous avions organisé avait été génial !

Dimanche, je suis allée me poser pour travailler au Macdo, lieu de concentration et de travail incontournable s’il en est. C’est plutôt cool pour mi, j’écoute de la musique et je me  met dans mon coin, à réfléchir, à écrire. J’ai pu ENFIN, finaliser le chapitre sept de Noir, mon prochain roman, il sera long… Plus long que Renzu j’en ai peur ! L’aventure Renzu m’a vraiment motivée à montrer mes écrits à des lecteurs ! Et quel plaisir de retrouver cette sorte de stase d’écriture, quand tout, autour, devient flou et que je peux presque voir les scènes que je décris. Je sens presque les parfums des boutiques dont le parle, le bruit des rues que j’évoque… Je ne me lasserai jamais de ça…

Publicités

Donnez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s