De la légitimité de traiter un sujet

La question s’est posée tout simplement, un soir, chez Cha’ avec qui je fais de la radio.
Autour d’un thé à la menthe, nous parlions de l’émission à venir, celle de décembre en présence de Sonia et de Louise. Bien sûr, une question se posait. En tant que relais de la presse, que ce soit de près ou de loin, avec notre petite influence sur 3 auditeurs canadiens, devions-nous parler de la tuerie de Paris ?

9aaea6ea4337c59db2972ba1fc91d99c
Une Onna-Bugeisha une femme combattante

J’estimais et elles étaient d’accord, que ce n’était pas notre propos, nous sommes une émission de divertissement et du haut de mon pauvre baccalauréat option arts plastique, je ne me sentais pas à la hauteur d’un tel sujet. Puis Cha a soulevé une interrogation qui me laissât pensive. « Nous n’avons pas la légitimité de parler de ça. »

Et j’ai réfléchi bien sûr. Je pourrais étaler sur ce site mes opinions politiques à échelle locale ou mondiale, je pourrais parler écologie, développement durable, associatif, scientifique, tous ces sujets polémiques. Mais je ne le fais pas parce que je ne suis pas légitime pour le faire. Du haut de mes pauvres vingt-cinq ans, j’estime ne pas connaitre grand chose en économie, en législation et ce serait malhonnête de ma part de faire un article dessus. On attends peut-être de moi des publications sur tel ou tel parti, sur telle ou telle association, sur tel ou tel phénomène économique mais je ne me sens pas de les faire dans le sens ou je suis persuadée que je raconterais 50% de n’importe quoi, 10% de faits piqués sur wikipédia et 40 % d’approximations au petit bonheur la chance. Alors je préfère rester dans les domaines dans lesquelles je me sens légitime de donner ma voix.

Je ne suis pas sans cœur, les attentats de Paris m’ont touché, j’ai même fait un article sur le sujet, mais je ne souhaite pas mettre en lumière mon avis plutôt que celui de bien plus éclairé que moi qui, sans aucun doute, connait les tenants et les aboutissants d’un tel conflit. Et c’est là que toute cette réflexion prend son sens. Quelle légitimité a un artiste de type variété, ou un acteur se gargarisant d’une pompeuse expérience théâtrale pour parler de ces événements ? Que connaît-il de ceux qu’il nomme barbares ? Il les qualifie de monstre, sans savoir d’où ils viennent, ce pour quoi ils se battent. Je ne les dédouane pas, loin de là, mais j’estime que je n’ai pas les connaissances suffisantes pour les juger sur un point de vue objectif, qui ne soit pas biaisé par mon émotion.

Cette question de la légitimité m’a pas mal trotté en tête ces derniers jours, maintenant, je regarde chaque discours que je tiens sous un oeil nouveau. De quel droit je le donne et pourquoi devrait-il influencer les gens ?

Publicités

Donnez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s