Carnet de projet N°2

Les jours qui suivent …

20151117_232100

Et voilà ! Les jours passent et le projet avance.
J’ai pu récolter de l’argent auprès d’amis, de connaissances. C’est assez incroyable de voir qui me donne un peu d’argent, qui me fait de la promotion. Pour ça, j’ai trouvé mes contacts très réactifs.

Récemment, une personne que je ne connaissais pas m’a confié 10 euros. C’est bête, ça peut sembler n’être rien qu’un billet, mais ça a égayé ma journée, ma semaine.
Mais ce projet est éreintant à mener, j’ai passé le week end à dormir tant je ne m’étais pas épargnée ces derniers jours. Entre la recherche d’emploi et la mise à contribution de mes proches pour ce projet, je pense que j’ai plus bossé que pour un travail conventionnel ! Seulement, c’est plus enrichissant, il faut croire en ces projets, ne pas avoir peur de les présenter et si il plait à ne serait-ce qu’une personne, tout cet investissement en valait la peine.
J’ai peur pour le projet, bien sûr, parce qu’il ralentit un peu, mais après avoir épluché les pages « statistiques » de Kisskissbankbank, j’ai remarqué que c’était apparemment normal, que les derniers jours seront les plus productifs. Mais il est hors de question de me reposer sur mes lauriers ! Je suis à la fois impatiente et effrayée de cette deadline qui approche. Si jamais le projet n’aboutit pas, je pourrais au moins dire qu’il m’aura occupé !!!

Pour ce qui est de la promotion, j’ai eu l’occasion d’assister à Naturissima comme Composite présentait un film. J’ai pu voir les coulisses d’un tel événement, j’ai pu rencontrer bon nombre d’artistes et de conférenciers extrêmement intéressants.

1448468427149

Au fond de l’exposition, la galerie Space Junk faisait une exposition, pour ceux qui ne savent pas ce dont il s’agit, je vous conseille d’aller voir leur site, pour les autres, vous savez alors sans doute pourquoi c’était si incroyable de voir des artistes de rue travailler sur leurs œuvres en direct. Je pense que je resterais toujours aussi admirative du talent. J’ai déposé quelques « Flyers », de la dernière génération, à lire en PDF juste ici  ainsi que des cartes de visite.

Pour ce qui est des relations presse, j’ai envoyé une bonne tonne de mails pour proposer le livre, une fois édité, à des médias comme la radio, la TV ou la presse papier. Mon but était avant tout de toucher le public local, les acteurs de Grenoble dans un premier temps, pour étendre mes recherches par la suite.

Jeudi, je passe à la radio, je fais ma chronique mensuelle sur RMG dans Autour d’Elles, espérons que j’arriverais à caser quelques mots sur mon projet !
Dernièrement, une de mes petite stagiaire (enfin, une stagiaire à composite quoi !) m’a parlé d’un sanatorium abandonné dans les environs de Grenoble. J’espère pouvoir m’y rendre, je tire mon inspiration de ce genre de lieux, sombres, décatis, tombant en ruine et pourtant grouillant des vies de ceux qui l’ont peuplé.

BREF !

Donc je continue, ce projet est toujours aussi épanouissant et je sens que ce n’est que le début. Je m’impliquerais demain comme après demain. Pour moi, c’est le meilleur travail au monde, celui qui m’épanouis le plus. Si vous avez des idées pour de la promotion ou une petite envie de m’envoyer un mot ‘amour, n’hésitez pas à me joindre !
Fanny.baridon1@gmail.com

Stay Tuned !

Publicités

Une réflexion sur “Carnet de projet N°2

Donnez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s