Pour noël : Adoptez un Isaac

J’en parlais il n’y a pas si longtemps que ça avec Emilie de Songes funambules et j’ai bien eu envie d’en reparler. Ce jeu est une tuerie, au sens propre comme au figuré.

Retrouvez l’article complet réalisé pour le site MademoiZelle sur le jeu The Binding of Isaac

binding

Quoi ? Que vois-je ? Mademoizelle recense des articles sur les jeux-vidéos, avec une grosse préférence pour les indés et aucun ne traite de the Binding of Isaac ? C’est un manquement auquel je dois absolument remédier, c’est ma quête à moi, mon leitmotiv vidéoludique.The Binding of Isaac est un jeu génial, tout simplement.

Rassurez-vous, je ne vais pas vous laisser planté là à votre petite recherche Google, non, restez, vous n’aurez plus besoin de Wikipédia après cet article.

Le jeu sort en 2011 par Florian Himsl et Edmund McMillen. Si ce nom ne vous est pas inconnu, ce n’est pas très rassurant pour votre vie sociale, ça signifie que vous avez abîmé vos nerfs avec Super Meat Boy (les aventures sanglantes d’une boule de viande voulant sauver sa petite amie pansement). Si vous ne le connaissez pas, dites-vous que c’est un génie et que c’était clair que son nouveau jeu allait être un succès. Et c’est le cas. Les critiques sont dithyrambiques ! 9/10, 8/10, les juges ne se sont pas trompés avec ce jeu addictif et qui vous demandera d’avoir les nerfs bien accrochés.

Car oui, the Binding of Isaac est le genre de jeu dans lesquels vous pouvez réaliser les rêves que vous n’aviez pas. Freud convulserait en voyant le héros, Isaac, se glisser dans sa cave, peuplée d’ennemis pour échapper à sa mère, fanatique religieuse voulant le tuer. Ce jeu, c’est l’occasion de faire mu-muse avec des cacas, le cancer, des vagins sur pattes ou encore des petits anus tout mignons. Mignons mais meurtriers. Ils vous attaqueront à coups d’explosion de sang, d’urine, ils feront apparaître des araignées, bref, ils vous aiment un peu trop. Isaac peut se défendre comme un faible, avec ses larmes. Au début du jeu, vous les faites un peu rire, mais pour augmenter vos dégâts et vos statistiques en général, vous pourrez ramasser au travers des différentes salles, des objets de différentes sortes tous plus drôles les uns que les autres. Faites-vous aider de Little Steve, votre tumeur préférée, qui a pris sa liberté hors de votre petit corps pour arroser de larmes empoisonnées quiconque ose lever le moignon sur vous ou augmentez vos dégât d’un coup de chaussure de votre mère droit dans les fontanelles ! Chaque objet (item) vous apportera un bonus, un malus, une capacité spéciale (voler par exemple), le tout lié à une apparence différente de votre personnage. Vous trouverez aussi sur votre chemin des items qu’il vous faudra activer pour obtenir ses effets, comme par exemple Krampus Rage qui vous permettra de vomir du sang dans quatre directions. Encore d’autres objets sont récoltables comme des cartes de tarot permettant, comme les pilules dont vous ne connaissez pas l’effet à l’avance, de n’être utilisé qu’une fois pour un effet maximum. Augmentez votre rapidité, perdez des cœurs, inondez le sol d’un liquide jaune équivoque, faites pousser des poils sur votre crâne imberbe et ainsi de suite.

1432711333-6595-capture-d-ecran

Votre personnage, Isaac ou un de ses contemporains aux pouvoirs spéciaux (Comme The Lost dans l’extension Rebirth qui n’a qu’un cœur et qui ne peut pas en regagner), changera tout au long de votre périple, visuellement et dans votre façon de jouer. Car c’est bien là l’intérêt du jeu, de commencer, de recommencer, de re-re… Enfin, vous m’avez comprise. Une partie, une run (course si vous parlez bien l’english comme moi), ne dure qu’une vingtaine de minutes et à chaque mort ou chaque fin de partie victorieuse, vous recommencez avec les statistiques de base. Dans les extensions, vous pourrez outrepasser le meurtre de votre mère et passer dans le monde humide et rouge comme l’amour de the Womb, c’est à dire, le vagin. Oui, quand on est dans l’humour noir, on y va à fond chez Isaac.

binding12

A fond ? Oui et non car dans ce jeu, pas de photos réalistes, juste un design archi-cute (Jouez et osez me dire que vous n’avez pas envie de prendre Isaac dans vos bras pour le frapper ensuite et de continuer encore et encore). Les dessins rappellent ceux de Super Meat Boy, le coté complètement décalé du sujet et du visuel rendent ce jeu incroyable. Servi par une bande son merveilleuse, travaillée de façon bien trop rare dans les jeux actuels, Isaac se déplace rapidement de salle en salle, donnant une fluidité et une rapidité accrue à l’expérience de jeu.

Bref, vous m’aurez comprise, je suis absolument amoureuse de ce jeu, il ne coûte que quelques sous sur Steam, à peine le prix de deux mojito et pour deux de plus, offrez-vous les extensions. Vous n’aurez pas la gueule de bois mais de beaux cernes sous les yeux après votre nuit blanche de Geek. Et une folle envie de faire des câlins aux cacas.

Je n’assure pas le service après-vente.

Publicités

Donnez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s