Carnet de projet N°1

Premiers jours, compte rendu.

Cette semaine, j’ai eu la chance de lancer le projet KisskissBankBank de Renzu ! Voici mon tout premier carnet !


Il m’a fallu beaucoup de courage pour venir à bout de la centaine de flyers que j’ai imprimé. Pourquoi pas une impression pro ? Pour respecter mon budget pardi ! Alors ça a été atelier découpage pour moi !

Flyers

Je dois avouer que le résultat « Mon imprimante a le blues » n’est pas parfait, mais le principe reste le même : Véhiculer un propos capable de donner envie à quelqu’un de miser sur mon projet, de se procurer mon livre !

J’ai aussi imprimé, avec une meilleure machine des formats A4 comme des affiches. A part dans ma chambre, je n’ai pas encore vraiment trouvé de lieu approprié où les coller aux murs. Au moins si je ne suis pas au courant de Renzu, c’est que je suis totalement malade. C’est sûrement un bon moyen de tester ma santé mentale.

Affiche


 

D’autre part, j’ai pu assister à un « événement mondain », c’est à dire à un Vernissage. Le Vendredi soir, rendez-vous était donc donné à la galerie-appartement « Abrupt » pour l’exposition « C’est troublant » regroupant les travaux de Jean-Baptiste Martin et ceux de Line Orcière.

Le premier a travaillé au moyen de magnifiques photographies sur l’art pariétal. Etant sensibilisée par mon amour pour l’histoire et par ma colocataire, en master d’archéologie, je dois avouer que je ne partais pas en terre inconnue. Mais le dépaysement fût au rendez-vous. Une magnifique exposition dans un superbe appartement. Bien sûr, j’ai beaucoup pensé à Renzu, le personnage principal, Kuze Reijiro (Koudzé Leydjirô) étant photographe, je me suis quelque part retrouvée dans l’ambiance feutrée et artistique de mon roman. Certains tenaient un verre de vin rouge négligemment, un sourire aux lèvres, tentant d’apercevoir les artistes pour leur sauter dessus et leur dire à quel point leur travail était remarquable, d’autres déambulaient en groupe, commentant à voix basse. C’était une sorte de petite pièce de théâtre confidentielle. Le photographe attendait devant les catalogues de son travail, il les prenait pour illustrer ses commentaires quand il parlait à quelqu’un, je l’ai beaucoup observé, pensant à Reijiro. Il avait une sorte de décontraction très naturelle que ce personnage lui aurait sûrement envié.

En parallèle des photos, Line Orcière exposait ses sculptures. Est-ce que j’ai déjà évoqué sur ce site à quel point je suis fan de ses travaux ? J’avais des étoiles plein les yeux. Je l’admire comme j’admire rarement des artistes. Elle sait décrire avec ses oeuvres ce qui est pour moi, exactement l’univers de Renzu. Un huit-clos angoissant, malsain et étrangement captivant. On observe ses toiles comme on tente de se défaire d’une toile d’araignée. Captifs, on décrypte chacun des traits comme autant de fils desquels se détacher et lorsqu’enfin on arrive à rependre sa respiration, on ne peut avoir qu’une envie « Y replonger ». C’est exactement ainsi que je voyais mon roman. L’artiste s’inspire des travaux sombres de Bacon, je lui vois une petite parenté avec Arnulf Reiner également.
J’avais déjà eu l’occasion de lui parler sur Facebook, notamment pour lui demander de me créer un tatouage et lorsque je me  suis avancée pour me présenter, elle m’a reconnue immédiatement ! Nous avons pu parler de ses créations et du travail qu’elle abat actuellement pendant près de trente minutes, c’était incroyablement enrichissant ! Elle m’a proposé d’aller voir son atelier lorsqu’elle sera revenue sur Grenoble et je crois que c’est un super cadeau de noël qu’on vient de me faire ! Bref, Line Orcière en plus d’être une super artiste est également une femme géniale !

Expo
Le catalogue de l’exposition et un livret présentant le travail de Line

Et la promo là dedans me direz-vous ? A tant jouer ma groupie j’ai eu un mal fou à y penser mais j’ai laissé une bonne dizaine de Flyers à Line puis j’ai parlé avec la directrice de la Galerie (la propriétaire de l’appartement) qui m’a gentiment écouté parler de mon projet pendant une bonne dizaine de minutes et qui a évoqué une exposition l’année prochaine ayant pour thème le Japon. Je resterai en contact avec elle pour lui demander si elle a besoin d’un écrivain pour le catalogue de l’exposition. J’ai confié à ses mains expertes une autre bonne dizaine de flyers. Ca avance !


 

Je tire un bilan très positif de ces premiers jours de projet. Grâce à vous tous, j’ai pu atteindre rapidement les 13% de l’objectif. Je tiens particulièrement à remercier tous ceux qui ont misé sur moi. Mais ça ne fait que commencer !

Publicités

Donnez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s