Elections régionales : La proposition du CLIC, pacte avec le diable ?

Voici l’article complet proposé sur le format résumé dans les Antennes. Un article réalisé grâce au CLIC et a ses données.

Erreur 404, démocratie absente

Le constat est dur pour la classe politique, pour 86% des français, ils se préoccupent plus de leurs carrières que des besoins des citoyens et 76% d’entre eux n’ont pas confiance dans ceux censés nous représenter.(1) Ca s’explique lorsqu’on comprends que les électeurs pensent que peu importe pour qui ils votent, les promesses de campagne ne seront pas tenues.

Mais saviez vous que pour les régionales qui approchent, tout citoyen peut avoir son mot à dire sur les mesures prises ? C’est un texte de loi dont on ne parle pas beaucoup, bien sûr, quand il s’agit de nous donner la parole, on préfère le faire en surface, ne pas approfondir le débat, serrer des mains, un sourire et repartir. Mais nous avons ici grâce à la loi du 13.08.2004, stipulant que 10% des inscrits d’une région peut demander une consultation sur n’importe quel sujet régional. Bien sûr, la requête peut être refusée et si elle est acceptée, il ne faut pas attendre d’elle un réel pouvoir exécutif mais simplement un avis. Il n’en demeure pas moins un pouvoir intéressant et méconnu.

Mais le CLIC (Comité de Liaison pour l’Initiative Citoyenne, organisation totalement apolitique) propose d’être plus gourmands en demandant une listes de mesures donnant plus de pouvoir encore aux inscrits. Il demande alors :
* D’organiser systématiquement toute consultation demandée par 10% des inscrits
* De prendre en compte le résultat, mais seulement si le OUI l’emporte avec un pourcentage des inscrits supérieur à celui obtenu par la Majorité (démocratiquement inattaquable)
* Des signatures par les N°1 et 2 de chaque département
* Un dépôt d’amendement à la loi si la tête de liste est parlementaire ou signature d’un engagement municipal si elle est maire
Elle impose également qu’aucune fusion au second tour sans reprise de l’engagement ne soit reconduit et bien sûr une inscription dans une profession de foi.

Tableau CLIC

Le CLIC a déjà proposé son engagement aux partis en course pour ces élections, très peu ont répondu à l’appel, la majorité même a refusé le droit aux électeur de pouvoir s’exprimer dans les six ans a venir. Un scandale lorsque l’on sait que E.Piolle avait promis d’organiser un référendum dès l’obtention de 8000 signature et de débattre d’un sujet au conseil municipal si 2500 Grenoblois (soit seulement 1,6%) le demandait. Seuls deux têtes de listes ont répondu présent à l’appel du CLIC : M. Rambaud Gerbert pour Debout la France (DLF) et M. Fédèle Alain pour l’Union Populaire Républicaine (UPR) qui réduit même le seuil à 1% au lieu de 10%.

Les français ont soif d’expression. Ils souhaitent que leurs voix, plus que dans les urnes soit entendue lors du vote ou de l’amendement de loi. Ils veulent s’investir dans la politique, on leur reproche de ne plus y croire et on leur rétorque le taux d’abstention, mais comment oser s’exprimer dans une région où donner un avis lors d’un conseil municipal semble interdit ?

(1) SondageInfraforces 31mars 2010 pour France info/20 minutes

Publicités

Donnez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s